Mes auteurs coups de coeur : Michael Marschall (Smith)

Publié le par Aphraël

 

Romancier britannique, Michael Marshall Smith a la particularité de publier des romans sous deux noms : Michael Marschall et Michael Marschall Smith pour les romans de SFFF.

 

Je n'ai pas totalement adhéré à ses thrillers, mais suis une fan inconditionnelle de ses romans de genre.

 

images-copie-9.jpeg

Avance Rapide nous narre l'histoire de Stark, détective privé dans une ville future aux multiples quartiers, engagé à la poursuite d'un haut fonctionnaire disparu.

Circulant à travers des quartiers plus incroyables les uns que les autres d'une ville démesurée, il est le seul en mesure de sauver son client, grâce à un don issu de son passé.

 

Ce roman est un véritable mélange des genres : science fiction, polar noir, fantastique et littérature "blanche" s'entremêlent pour offrir un résultat bluffant. (Surtout pour un premier roman !)

Avance rapide est une excellente introduction pour découvrir les romans du Maïtre, offrant une vue d'ensemble sur l'imaginaire riche de cet auteur atypique.

 

proie-des-reves-1.jpgLa Proie des Rêves offre une nouvelle aventure futuriste où notre héros récupère momentanément les souvenirs génants des nantis, acte totalement illégal mais très lucratif et presque anodin, jusqu'au jour où une femme lui transmet le souvenir d'un meurtre avant de disparaître. S'ensuit une course-poursuite épique, où notre héros pourchassé tente de retrouver cette femme, tout en fuyant d'étranges poursuivants ainsi que son ex-femme - tueur à gages.

 

J'ai moins de souvenirs de ce roman, dont quelques scènes incroyables où le héros soudoie un frigo, ou tente de se débarasser de son réveil-matin très collant. J'avoue être tentée de le relire à l'occasion pour mieux me remémorer cet univers atypique où les objets d'électroménager fuient au Mexique. Rien que pour ces scènes, il valait le coup.

 

9782253118954-G.jpg

Mais c'est le roman Frêres de chair qui m'a le plus marqué.

 

J'avais découvert la nouvelle La joie de recevoir dans un Borderline, nouvelle à l'origine de ce roman, déjà percutante, où un clone tente de retrouver son alias.

Frêres de chair nous dévoile quand à lui la vision de Jack Randall, fuyant une Ferme en emportant avec lui six alters et demi. Malheureusement, il en perdra très vite cinq et demi et se démènera pour sauver la dernière clone, et survivre, jusqu'à retourner dans la Brêche, univers parallèle où être perpétuellement shooté permet de conserver un minimum de santé mentale, face à la Trouille.

 

Sa critique du clonage et de ses dérives, terriblement marquante est l'un des romans noirs qui m'a le plus retourné. On espère tout au long du récit que le héros va s'en sortir et réussir, mais l'ensemble est gorgé de désespoir.

 

Sûr qu'il est difficile de conseiller ce roman, mais je vous assure qu'il vaut vraiment le coup de le lire.

 

images-chats.jpegPour finir, mon dernier coup de coeur absolu de cet auteur : L'homme qui dessinait des chats, est un recueil de nouvelles qu'il faut absolument lire. Rassemblant de nombreux genres de la SFFF, sa première nouvelle coup-de-poing gore n'est pas à l'image de l'ensemble, recélant des petites pépites gorgées de poésie, avec quelques chats, et de nombreux univers très différents les uns des autres. Sur peu de pages, l'auteur dévoile un talent incontestable et distille des visions de monde humains, où des petits clins d'oeil de la vie de tous les jours deviennent des richesses insoupçonnées, et où on réapprend le goût des petits riens. Certaines sont trashs, d'autres à mourir de rire, on se retrouve à haïr la vie puis à l'adorer.

 

Anecdotique, Les Domestiques est une déception personnelleimages-domestiques.jpeg. J'espèrais beaucoup de cette dernière parution française, et me suis retrouvée face à un charmant roman de fantastique. Certes, l'auteur arrive à mettre en avant l'égoïsme de l'adolescence, et à retrouver cette vision du monde terriblement dérangeante, avec le recul, mais c'est à peu près tout. Certes, il a réussi à me faire pleurer, mais ça a simplement touché l'une de mes cordes sensibles personnelles. Si vous n'avez lu que ce roman et que vous pensez que l'auteur est sympatique, sans plus, foncez tester ses autres oeuvres pour comprendre votre erreur.

 

Ses thrillers sont excellents, et ont remporté un vrai succès, mais j'ai toujours l'impression qu'il leur manque l'imaginaire qui les rendraient cultes.

 

 

L'homme qui dessinait des chats - M. Marschall

Avance Rapide - M. Marschall Smith

Publié dans Coups de coeur

Commenter cet article