Manuel à l'usage des apprentis détectives - J. Berry

Publié le par Aphraël

detectives.jpg

Dans une ville portuaire, Charles Unwin, clerc aux écritures à l'Agence, rédige et consigne les rapports du détective vedette Travis Sivart. Sa vie, bien rangée et contrôlée dans ses moindres détails, dérape lorsque Sivart disparaît et qu'on le promeut Détective, via une inexplicable aberration administrative.

Débute alors une nouvelle vie, où tous ses repères basculent et qu'il devra tout réapprendre, allant même jusqu'à réaliser ses erreurs passées.

 

Si vous cherchez un petit livre sympatique et joyeux, n'ouvrez pas ce roman. Le Manuel à l'usage des apprentis détectives est un roman complexe, à l'atmosphère oppressante et aux personnages mauvais. Son personnage principal, carricature de l'anglais amoureux de son parapluie et de son chapeau, terriblement méticuleux et réservé, se retrouve confronté à une ville qu'il ne connaissait que dans les rapports de son détective. Face à ces ennemis du passé, et aux nombreux mystères qu'il met à jour, la survie sera son seul espoir. Mais son côté méticuleux ne pourra être satisfait que quand il aura mis le doigt sur ses erreurs et les aura corrigées. Le Manuel est également une plongée dans le monde des rêves et des manipulations de l'esprit terrifiante et presque plausible.

 

Excellent roman de science-fiction, sombre et oppressant, le Manuel mélange les atmosphères de récits fantastiques à la création d'une société autartique où les rêves sont des données comme les autres. La plongée dans cet univers, rappelant Brasil ou Dark city offre de nombreuses réflexions sur la manipulation des foules et du pouvoir. Une bouffée de tendresse ou d'amour aurait été bienvenue, mais l'auteur préfère nous laisser la pluie et une foire en souvenir.

 

ISBN : 978-2-20726106-4

Denoël & D'ailleurs  23,50 €

 

Publié dans Critiques

Commenter cet article

Gaëtan 06/08/2010 23:36


Oui, c'est vrai. Mais je ne sais pas pourquoi en finissant le texte, j'ai tout de suite pensé à de la fantasy. Malgré l'ambiance un peu lourde qui fait penser à du fantastique, ou l'explication qui
peut le faire entrer dans la case SF.
Peut-être ai-je été influencé par le film "L'Imaginarium du docteur Parnassus", peut-être autre chose, je ne me souviens plus. J'ai juste cette idée en tête.
Et puis en même temps, ce livre trouve plus sa place dans une liste de livre original que dans des cases hermétiques.


Aphraël 07/08/2010 16:52



J'apprécie le terme "transgenre" également.



Gaëtan 05/08/2010 20:14


Je suis très content que le livre t'ai plu!
Comme tu le dis, il est assez hors-norme et complexe mais sa lecture reste vraiment excellente.

Par contre, c'est marrant - pas très important mais amusant à voir - : pour moi c'est clairement de la Fantasy et non de la SF... l'ambiance assez onirique, l"omniprésence de cette foire, et pleins
d'autres petits trucs font que pour moi il y a de la "magie" dans l'air, donc de la fantasy.


Aphraël 05/08/2010 20:55



Tiens, c'est curieux.


L'ambiance onirique est expliquée "scientifiquement" à travers la gestion des rêves. L'ambiance sombre, la pluie quasi perpétuelle et l'omniprésence de la foire me feraient plus penser à du
fantastique, où les décors du quotidien glissent légèrement dans un inexpliqué inquiétant.


En fait, toute la magie étant expliquée, je le classe en SF. Mais je me trompe peut être.