Magie des flammes G. Masterton

Publié le par Aphraël

romanmastertonmagisdesflammes.jpgCritique  publiée sur Les chroniques de l'imaginaire.


Bobby et Sarah sont brulés vifs, incinérés à une telle température que l'image de leur supplice s'est imprimée sur le mur, telle un négatif.
En parallèle, Jim Rook, le professeur pouvant voir les morts et les esprits, revient s'installer à Los Angeles, où se situe le premier tome du cycle, Magie vaudou. Par chance, un collègue lui propose la location d'un immense appartement à un tarif dérisoire... mais Jim va vite découvrir que le loyer impose des conditions de gardiennage assez particulières... vu qu'il lui faut surveiller un tableau, renfermant une créature mi-homme mi-appareil photo (ou plutôt l'ancêtre de l'appareil photo, permettant d'obtenir des daguerréotypes) qui s'attaque à tout être humain pour le déposséder de son mal, qui s'enfermera sur la plaque d'argent imprimant la photo. Dit de cette façon, cela peut paraître assez peu dangereux, si ce n'est que les parties maléfiques de chaque être humain deviennent à leur tour tangibles dans certaines situations et se mettent à tuer...

Voici donc le sixième tome du cycle Rook de Graham Masterton. Autant dans le premier tome, Magie vaudou, la surprise permettait de découvrir avec plaisir l'ensemble, autant avec celui-ci, plusieurs incohérences apparaissent. Tout d'abord, j'ai du mal à comprendre l'idée de publier les deux tomes en même temps, et de nous empêcher du coup de découvrir les évènements produits entre les deux aventures. Jim est traumatisé par ce qu'il a vécu à Washington, aventures dont nous ne savons rien, et rejette en bloc ses capacités un peu particulières... qu'il sera forcé, face à la situation, d'accepter une nouvelle fois. Et malgré la mort de nombreux élèves de sa classe et de ses expériences passées, il s'entoure pour attaquer la moitié maléfique d'un homme mort au dix-neuvième siècle...
L'ensemble reste agréable, bien travaillé, autour de cette idée de perte de l'âme à travers une photographie. Mais la force de la découverte s'est atténuée, et la surprise n'est plus vraiment au rendez-vous.

Magie des flammes reste donc un bon divertissement, sans être un roman inoubliable.

 

Edition : Fleuve Noir, Collection : Thriller fantastique 2006, 284 pages ISBN : 2-265-08269-4

6,60

 


Publié dans Critiques publiées

Commenter cet article